Ecolages

Art. 23 al. 1 g. LEM

La Fondation a pour mission de fixer, notamment selon le type d'enseignement, le plafond du montant des écolages pour les élèves dans les écoles reconnues.


La reconnaissance du métier d’enseignant en musique et la valorisation des conditions de travail sont deux objectifs prioritaires de la LEM. Une première étape a été franchie en 2013 avec l’introduction d’une grille salariale minimum commune à toutes les écoles. Mais si désormais les coûts de l’enseignement tendent à être identiques dans tout le canton, cela signifie également que les ressources, subventions et écolages, doivent être sensiblement les mêmes. Le Conseil de Fondation de la FEM a donc décidé de fixer des tarifs minimum pour aller dans le sens d’une harmonisation des subventions et éviter aussi que les écoles ne se fassent concurrence.

 

La qualité de l’enseignement de la musique est garantie par des enseignants qui ont suivi de longues études, tant musicales que pédagogiques, et il est normal que leur rémunération soit conforme à leur niveau de formation. Dans la préparation de la LEM, les objectifs salariaux ont été prévus à un échelon précis. Ceci a un coût, qui est en grande partie supporté par le canton et les communes au travers des subventions de la FEM, mais également grâce à des écolages adaptés à des cours individuels dispensés par des professionnels.


Directive pour la rentrée scolaire 2015/2016 (inchangée pour 2017/2018)